Scandale Maroc - Espagne: l'exploitation des femmes marocaines ChroniquesduMonde reportage voyageurs femmes mulets

Des femmes esclaves en Europe?

légende: Lorsque l’on traverse le détroit de Gilbratar en provenance d’Algéciras en Espagne, la première image de l’Afrique est un drapeau espagnol…
 

Quand l’Espagne et le Maroc font des affaires sur le dos des femmes marocaines.

 
La frontière entre l’Espagne et le Maroc est l’une des plus inégalitaires du monde. Elle est d’abord la frontière entre le continent le plus riche du monde, l’Europe, et celui le plus pauvre, l’Afrique. Elle sépare également deux pays extrêmement éloignés dans leur développement:

  • en terme de PIB, puisque l’économie marocaine occupe la 62ème place mondiale quand l’Espagne est classée 12ème ;
  • en matière d’Indice de Développement Humain, l’Espagne arrive en 25ème position alors que le Maroc est 122ème ;
  • quant au revenu moyen espagnol, il est 10,7 fois plus élevé que le marocain

(Données FMI et ONU, 2016)

Aussi bien au Maroc qu’en Espagne, les acteurs économiques et les autorités politiques tirent profit de cette situation très inégalitaire. Une recette simple pour faire des affaires: l’exploitation des femmes marocaines.

Deux exemples parmi d’autres sont saisissants:

  • sur la rive marocaine, entre Ceuta et Tétouan, ces femmes permettent à l’enclave espagnole de Ceuta d’exporter des marchandises vers le Maroc au péril de leur vie;
  • sur la rive espagnole, à Huelva, les saisonnières marocaines forment une main d’œuvre bon marché et peu revendicative pour le plus grand bien des grands exploitants de « l’or rouge », la culture de la fraise.

 

Les « femmes mulets », maillon essentiel de l’économie ceuti

Comment Ceuta, enclave espagnole en terre marocaine, interdite de commerce avec le Maroc, peut-elle avoir une activité si florissante ?

Traversant le détroit de Gibraltar en bateau, nous arrivons à l’enclave espagnole de Ceuta sur la rive africaine. Il est 14h, et dans la désorganisation la plus totale, marchent des femmes extrêmement chargées à côté des voitures: ce sont les « femmes mulets ». Côté marocain, un homme nous apprendra: « Ici, tout le monde vit, soit de la contrebande, soit du commerce du kif (haschich). »

Officiellement, il n’existe aucun échange commercial entre Ceuta et le Maroc. En effet, le Maroc revendique depuis les années 1970 l’incorporation de cette enclave espagnole dans son territoire national. Ouvrir une douane commerciale à Ceuta signifierait reconnaître la frontière actuelle! Le Maroc renoncerait alors implicitement à sa revendication; le commerce entre les deux zones est donc interdit.

Pourtant, l’activité de la ville de Ceuta est tournée vers le Maroc et l’Afrique: Ceuta est un port franc, c’est à dire qu’aucune marchandise y pénétrant n’est soumise à des droits de douane. De plus, le régime fiscal de Ceuta est très attractif – réduction de 50% sur l’impôt sur les sociétés, pas de TVA mais à la place un impôt similaire (IPSI) à un taux bien inférieur. Considéré par l’Union Européenne comme un territoire d’outre-mer, Ceuta ne fait donc pas partie de l’Union Douanière Européenne. Ainsi un commerçant qui voudrait exporter de Ceuta vers l’Europe devrait payer à la fois des droits de douane européens, mais en plus des impôts ceuti. Le commerce transitant par Ceuta est donc tourné non pas vers l’Europe, mais vers l’Afrique!

 

Des failles légales

Grâce à des failles législatives et à l’exploitation des femmes marocaines, les marchandises passent massivement de Ceuta au Maroc. En effet, les marocains résidant dans la région de Tétouan sont exemptés de visa pour aller et venir à Ceuta (sans nuitée sur place). Ils n’ont pas le droit de ramener des marchandises, mais ont la possibilité de faire des achats personnels. Or, des achats sont considérés comme « personnels » s’ils peuvent être portés à la main. Un sac de 70 kilos, si l’on peut le porter à pied, seul et sans aide, est donc considéré comme un achat personnel: il passe légalement la frontière.

Dès lors, selon les sources, entre 6 000 et 20 000 porteuses traversent chaque jour légalement la frontière. Ces « femmes mulets » sont chargées de sacs de marchandises allant de 50 à 80 kilos sur le dos. Le volume annuel des échanges circulant par ce biais entre Ceuta et la ville de Tétouan oscillerait entre 0,5 et 1,5 milliards d’euros; entre 50% et 70% de l’activité économique de Ceuta passerait par ce circuit!

Payées au trajet entre 8 et 20 euros en fonction du volume et des marchandises transportées, ces femmes travaillent dans des conditions inhumaines. Elles portent des charges très lourdes sous de fortes chaleurs, sans aucun accès à l’eau, durant de longues files d’attente. Elles sont soumises à des violences policières, et courent le risque de se faire confisquer leur marchandise. Officiellement, 7 d’entre elles sont mortes lors de bousculades l’année passée (dont 2 en janvier dernier). Il y en aurait eu en réalité plus encore…

 

L’exploitation des plus vulnérables

Pourquoi s’agit-il quasi uniquement de femmes ? Une logique centrée sur les aptitudes physiques voudrait que ce soit plutôt des hommes qui portent ces charges extrêmement lourdes. Mais ce métier, méprisé par tous, s’adresse aux personnes les plus basses et vulnérables dans l’échelle sociale. Ce sont ainsi majoritairement des femmes, veuves, divorcées ou en grande difficulté financière, qui s’y résignent pour nourrir leur famille… Quant aux commerçants qui les exploitent; ce sont, des deux côtés de la frontière, des hommes.

Tous les acteurs trouvent un intérêt à cette situation scandaleuse :

  • Pour les acteurs économiques : exporter vers le Maroc par Ceuta est plus économique que de le faire par le port de Tanger (Tanger Med), où les taxes douanières sont bien plus importantes;
  • Pour les autorités espagnoles, c’est le moyen de contourner l’embargo officiel sur Ceuta, de dynamiser l’économie de la ville, et d’augmenter les rentrées fiscales;
  • Pour les autorités marocaines, la situation est plus complexe: les marchandises en provenance de Ceuta sont, pour la plupart, des articles textiles à bas coût en provenance de Chine ou de Turquie. Elles viennent donc entraver le développement de la filière textile marocaine… De plus, le port de Ceuta fait directement concurrence au port flambant neuf de Tanger Med. Mais, dans le Rif, région déshéritée et longtemps délaissée par le gouvernement de Rabat, plus de 45 000 personnes vivraient directement de cette activité. L’interrompre serait remettre en cause cette relative paix sociale, dans une région à l’histoire contestataire importante (forts soulèvements en 2017 dans la ville voisine d’Al-Hoceima). Il n’est donc pas question pour le gouvernement marocain de remettre en cause la fragile paix sociale dans la région de Tétouan.

légende: Photo de la médina de Tétouan, dans la région du Rif. La plupart des femmes-mulets y réside, et c'est par là que transite la plupart des produits en provenance de Ceuta

légende: Photo de la médina de Tétouan, dans la région du Rif. La plupart des femmes-mulets y réside, et c’est par là que transite la plupart des produits en provenance de Ceuta

Les saisonnières marocaines, main d’œuvre docile et bon marché à Huelva

Comment trouver des candidats à des emplois pénibles, sous payés et sans possibilité de logement digne à prix décent sur place?

 

Une pénurie de main d’œuvre

L’Espagne est le second exportateur mondial de fraises, derrière les Etats-Unis. La quasi-totalité des 330 millions de tonnes produites par an sur le territoire espagnol le sont dans la province de Huelva, en Andalousie. La culture de la fraise demande une importante main d’œuvre humaine; ainsi, pour la campagne de 2017-2018, le besoin serait de plusieurs dizaines de milliers de travailleurs saisonniers, pour des périodes allant de quelques semaines à plusieurs mois!

Néanmoins, il s’avère difficile de pourvoir l’ensemble de ces offres d’emploi saisonnier, en raison:

  • Des bas salaires proposés;
  • De la pénibilité du travail: se pencher pour cueillir des fraises, transporter les caisses de fruits récoltés, le tout sous une forte chaleur et une cadence soutenue;
  • Des prix élevés des loyers à Huelva où il est très difficile de trouver un logement seulement pour la saison…

En résumé, pour les travailleurs, cela ne représente que des inconvénients. Plus de 11 000 offres d’emploi n’ont pas trouvé preneur sur le territoire espagnol pour la campagne 2017-2018. Face à cette pénurie de main d’œuvre, sur un marché du travail classique, les employeurs comme les pouvoirs publics devraient prendre des mesures pour rendre ces emplois plus attrayants: les salaires devraient être augmentés pour susciter des candidatures, des logements à bas coûts pourraient être créés pour limiter les dépenses des saisonniers… Des stratégies pour limiter la pénibilité du travail pourraient être élaborées; mais rien de cela n’a été fait.

 

La solution : l’exploitation des femmes marocaines

Les exploitants agricoles et les autorités publiques ont trouvé une autre solution: l’exploitation des femmes marocaines, main d’œuvre docile, bon marché acceptant d’être entassée dans des logements insalubres pendant plusieurs mois. Les résidents européens ne voulant pas de ce travail, il suffit donc d’aller chercher de la main d’œuvre au Maroc, juste en face. Une fois la récolte effectuée, il faut juste s’assurer de leur retour dans leur province d’origine…

La loi du 11 Janvier 2000 sur les droits et les libertés des étrangers en Espagne a créé la gestion collective des contrats dans les pays d’origine. En résumé, cette loi permet, dans un secteur en tension, de donner des visas de travail à des étrangers hors Union Européenne, pour une période délimitée. Ces employés s’engagent à rentrer dans leur pays une fois le travail saisonnier effectué, et à ne pas se déplacer en Espagne hors de la région où ils travaillent. Le recrutement est effectué par le pays d’origine du travailleur, en l’occurrence l’agence pour l’emploi marocaine.

En 2018, 17 000 saisonnières marocaines ont été sélectionnées par le gouvernement marocain pour travailler dans les champs de fraises. Leur motivation est évidemment pécuniaire: le salaire moyen espagnol est 10 fois plus élevé que celui marocain! Néanmoins, leurs conditions de séjour sont rudes: la durée légale journalière des contrats de travail est peu respectée, et les cadences sont élevées… Dans le meilleur des cas, elles logent à plusieurs par chambre dans des logements au cœur des plantations. Ces habitations sont éloignées des zones urbaines et sans transports en commun pour s’y rendre. Dans le pire, elles font partie des 3000 personnes vivant dans un bidonville de la région.

 

Un recrutement discriminant

Là encore, pourquoi ne s’agit-il que de femmes? En 2000, de nombreux hommes marocains faisaient partie du voyage. Mais, ils ont déplu à leur employeur en participant à des manifestations (encerclements pacifiques de la ville de Huelva) pour dénoncer la précarité de leurs emplois. Depuis, les recrutements au Maroc ciblent uniquement des femmes: elles sont jugées plus dociles par les employeurs. Si, malgré tout, certaines ne l’étaient pas suffisamment, l’employeur peut le signaler; elles ne seront pas reprises l’année suivante!

Mais, pour pouvoir être recruté, il ne faut pas seulement être une femme:

  • Avoir entre 18 et 40 ans, car au delà les risques d’accidents sont plus importants
  • Être mariée, veuve ou divorcée car les femmes n’ayant pas été mariées sont soupçonnées d’immoralité
  • Avoir des enfants à charge de moins de 14 ans, car autrement les risques de rester illégalement en Espagne après la saison sont plus importants.

Reflet du patriarcat, l’application de tels critères serait impensable en Europe, pour tout autre que pour des femmes marocaines… Là encore, tous les acteurs profitent de cette situation scandaleuse: les exploitants agricoles ont une main d’œuvre rêvée, docile et bon marché; la province de Huelva prospère sur l’économie de la fraise, et le gouvernement marocain dispose d’un outil pour calmer les régions contestataires. Ainsi, suite aux manifestations de fin 2017 à Jerada, 600 postes de saisonnières ont été affectés aux femmes de cette ville.

 

En  conclusion

Des deux côtés du détroit de Gibraltar, qu’elles portent des marchandises sur leur dos ou qu’elles plient le dos pour la cueillette des fraises, des femmes marocaines sont exploitées et se détruisent la santé, au profit d’entreprises espagnoles et marocaines, mais surtout avec la complicité des pouvoirs publics des deux nations.

 

Sources :

https://www.apdha.org/media/informe-mujeres-porteadoras-2016.pdf

https://www.apdha.org/media/Informe-Asentamientos-Mesa-Integracion-Huelva.pdf

https://www.yabiladi.com/articles/details/61427/bousculades-mortelles-ceuta-melilla-laftite.html
https://www.atlasinfo.fr/Au-Maroc-les-femmes-mulets-condamnees-a-mourir-pietinees-en-l-absence-d-alternative_a88721.html
http://www.cope.es/noticias/tarde/como-viven-las-mujeres-mula_167670

La vie éco, 23 Janvier 2018: “Textile: la part du made in morocco dans le marché local tombe à 20%”

Ceuta y Marruecos, una aduana comercial “que existe”, pero sometida a una relación de vaivenes

https://politica.elpais.com/politica/2016/12/16/actualidad/1481901918_699021.html http://m.huelvainformacion.es/huelva/productores-cuentan-trabajadoras-Marruecos_0_1216078566.html
http://m.eldiario.es/internacional/Rabat-desactivar-protestas-sociales-Espana_0_730727496.html
http://huelvaya.es/2018/01/26/critican-por-machista-la-seleccion-para-la-fresa-de-trabajadoras-en-marruecos/
http://huelvaya.es/2017/11/30/el-55-de-los-trabajadores-onubenses-gana-menos-de-707-euros-al-mes-segun-ccoo/
http://sevilla.abc.es/andalucia/sevi-sin-trabajadores-andaluces-para-fresa-201802042235_noticia.html

Juan Moreno Nieto -Los contratos en origen de temporada: mujeres marroquies en la agricultura onubense (2009)

http://www.caesasociacion.org/agroecologia_consumo_responsable/ficheros/jornaleros_fresa_esclavos_modernos.pdf

18.000 temporeras a recoger fresa en una de las mayores operaciones realizadas con España

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des