ChroniquesduMonde reportage voyageurs chroniques monde miracles coran iran religions

Les “miracles du Coran” & interprétations des religions

Durant mon long voyage en autostop, j’ai souvent été confronté à des personnes très croyantes, pratiquant leur religion de manière intense. Et c’est lors de mon séjour en Iran, hébergé par la famille de Sana*, une formidable hôte, que j’ai entendu parler pour la première fois des “miracles du Coran”. On m’a alors montré une vidéo édifiante à ce sujet : on y voyait un homme debout devant un public, affirmer (exemples à l’appui) que certains passages du Coran ne peuvent être qu’une retranscription de la parole divine ; car ces faits, principalement reliés aux domaines de la biologie ou de l’astronomie, auraient été confirmés scientifiquement que bien des siècles plus tard! Intrigué, j’ai décidé d’entreprendre quelques recherches historiques et théologiques pour comprendre cela, et formuler une réponse complète à Sana qui m’avait demandé mon avis…

En Grèce, l’impossible séparation de l’Eglise et l’Etat

Légende: dans les monastères orthodoxes, le drapeau grec flotte à côté de celui de l’église orthodoxe « Il y a une relation maternelle entre l’Église et la Grèce à travers les âges et on ne peut séparer les deux » énonce en novembre 2016 le chef de l’Église orthodoxe grecque M. Ieronymos. Ces paroles s’inscrivent dans un contexte de vives tensions avec le Ministre de l’Éducation Nationale et des Affaires Religieuses M. Nikos Filis. Ce dernier projette en effet de réduire l’influence de l’Église orthodoxe dans les cours obligatoires de religion que suivent tous les enfants grecs dans l’enseignement public. Cette tentative est vue par l’Église comme une volonté de « déchristianiser » et « dé-helléniser » la Grèce . Peu après, signe de la forte influence de l’Église sur un Premier Ministre (Alexis Tsipras), pourtant élu sur un programme de séparation de l’Église et de l’État, M. Nikos Filis perd son poste dans un remaniement ministériel. Sur quel fondement […]